Pour Pâques, j'ai acheté à chacun de mes garçons un superbe lapin. Je me suis pas foutue d'eux, je suis allée dans une super chocolaterie. Rouge pour l'un et vert pour l'autre qu'ils sont les lapins. Pis flashies et bien brillants. Des heures de travail de grand chocolatier, un lissage à une température calculée avec la précision d'un chef de gare allemand. Le petit plus: ils sont garnis. Gar. Nis. On peut même apprécier la joliesse de la petite friture puisque les suberbes lapins les laissent voir par l'ouverture circulaire - un cercle parfait, ces chocolatiers sont des artistes - qu'ils ont dans le dos. 
Ce soir, c'est le soir où les lapins passent à la casserole. Le soir où ça me fait mal au coeur de voir tant d'heures de travail absorbées par de petits estomacs voraces. Le soir où on se rend compte que les lapins, ils sont en porcelaine...

La garniture est bonne... 

#‎motherfailnumberjecompteplus‬